Le Jardin des Fruits / par Saâdi

Le Jardin des Fruits, par Saâdi

Le coffret proposé cette année par pré # carré est composé de 10 livrets, enrobés de papier soie fait main, contenus dans une nouvelle boîte origami assemblée par l’éditeur lui-même, et sertie d’un cachet de cire, édité pour cette collection. Les textes regroupent les 57 histoires du Jardin des fruits, le récit de La mort de Saâdi, par Franz Toussaint, et les Sentences, Prières et Maximes de Saâdi. Cet ensemble est édité à 58 exemplaires numérotés.

Le coffret est en vente au prix de 40€ + 10€ de frais de port.

Pour l’étranger, les frais postaux sont de 20€

Le Jardin des fruits de Saâdi / France métropolitaine / 50€ avec frais postaux :

Le Jardin des fruits de Saâdi / Etranger / 60€ avec frais postaux :

DSC_0967DSC_0952DSC_0950

 

Extraits du texte :

L’amour

Un homme vit une jeune fille admirablement belle, et, aussitôt, l’amour embrasa son cœur. Comme la rosée emperle les feuilles d’une plante printanière, une sueur glacée ruisselait sur les joues de cet homme. Hippocrate, qui passait à cheval, s’informa des causes de son malaise. Quelqu’un lui dit :

— L’infortuné que tu contemples est un saint derviche. Jusqu’à ce jour, il vivait dans la solitude et la prière, mais une jeune fille a volé son cœur, et l’implacable Amour a jeté un voile sur ses yeux. Lorsque nous lui reprochons de céder ainsi à la douleur, il nous répond avec colère : « Taisez-vous ! J’ai raison de me plaindre, car la beauté de cette jeune fille m’a rendu fou ! »

Le célèbre Hippocrate dit alors :

— Le langage de notre frère est loin d’être aussi admirable que son ancienne vertu. Dieu a-t-il créé une femme si belle, uniquement pour que ce derviche s’abandonne aux ivresses de l’amour ? Pourtant, son admiration pouvait aussi bien aller à un nouveau-né… La beauté d’un enfant à la mamelle vaut la beauté d’une jeune fille. Tout homme sensé reconnaît qu’un dromadaire est une créature aussi parfaite que les ravissantes danseuses de la Chine et du Turkestân.

Si, comme Saâdi, tu n’as des maîtresses qu’en songe, tu es à l’abri des chagrins et des désillusions.

Le boulanger

Une femme dit à son mari :

— Ne continue pas d’aller acheter le pain chez notre voisin, le boulanger. Achète-le désormais au marché de la farine, car ce boulanger est un malhonnête qui nous vend de l’orge au lieu de blé. Depuis une semaine on n’a vu, chez ce boulanger, ni un acheteur, ni une mouche.

Le mari, bienveillant et juste, répondit :

— Soleil de mes yeux, nous devons nous résigner ! En s’établissant dans notre quartier, ce marchand à compté que nous lui achèterions son pain … Nous ne pouvons pas faire autrement.

Le pèlerin

Un enragé dévot cheminait vers la Mecque. à tout instant, il s’arrêtait pour s’agenouiller et prier. Cela fait, il marchait avec une telle ardeur qu’il négligeait de tirer de ses pieds les épines de mimosa. En bouffées enivrantes, son orgueil, sa joie lui montaient à la tête. Il finit par s’extasier sur ses mérites et, possédé du Diable, il convint que sa piété était unique au monde. Le pauvre fou ! Heureusement que Dieu veillait sur ce dévot… Une voix céleste lui dit :

— Ne crois pas que le Seigneur t’admire ! Plutôt que de te prosterner sans cesse, tu ferais mieux de soulager tes pieds qui souffrent !