Carré # 97 Roger Caillois

Art poétique ou confession négative

2012-01-01 22.39.55

 

Premières lignes :

Comme l’âme énumère devant Osiris les fautes qu’elle n’a pas commises, afin de montrer qu’elle mérite la béatitude éternelle, le poète se disculpe devant un juge idéal :

I

Je n’ai pas abusé de la réputation attachée à mon art pour éblouir les humbles et les crédules.

II

Je ne me suis pas servi de la cadence, de la rime, des mots inaccoutumés et de la musique des syllabes pour donner le change à l’esprit sur la valeur de mon discours.

III

Je n’ai pas augmenté à plaisir l’obscurité de mes vers. Mais travaillant dans l’obscur, j’ai cherché la clarté. Je n’ai pas déconcerté en vain. Je ne me suis pas complu à parler d’émeutes, de monstres et de prodiges, de toute chose flamboyante et aberrante qui flatte l’oisif et l’égoïste.

Roger Caillois / carré # 97 / Octobre 2017 / 8€ port compris

Tous les livrets de cette publication sont numérotés, de 1 à 300.